RECHERCHE CATALOGUE

Fil de navigation

50ème anniversaire de la catastrophe de Malpasset

  Les secours

 

Le 2 décembre 2009, Fréjus a commémoré le 50ème anniversaire de la rupture du barrage de Malpasset.

 

La Médiathèque Villa-Marie a participé aux manifestations organisées en accueillant en ses murs une exposition de photographies, du mardi 6 octobre au vendredi 4 décembre 2009.

 

 
  barrage1-200 Le barrage en juillet 1959, avant sa rupture barrage2-200
  Diapo. de Cl.-G. Froment-Berhou   Diapo. de Cl.-G. Froment-Berhou
       
  Fréjus plage Fréjus, après la rupture du barrage Les arènes de Fréjus
  Fréjus plage   Les arènes

 

Exposition de photographies

La Médiathèque Villa-Marie a accueilli du 6 octobre au 4 décembre une exposition réalisée par la Médiathèque communautaire de Draguignan retraçant les événements de la catastrophe du barrage de Malpasset. Les textes et le choix de l'iconographie, dont certaines photographies sont issues de documents de presse de l'époque, ont été réalisés par Stéphanie Orlandini, fréjusienne.

 

La catastrophe à la télévision

Consultez les archives de l'INA : Reportages de l'époque

 

Documents présents à la Médiathèque Villa-Marie

Cliquez sur le titre du document pour obtenir plus d'informations

OPAC Recherche Simple

  

Sélection de sites Internet traitant du barrage de Malpasset

 

 Pour découvrir l’aspect géologique : consultez le site de la Lithothèque Aix Marseille[2]

Les restes du barrage en photos

 Vue satellite


[1] Le cypres (centre d’information du public pour la prévention des risques industriels et la protection de l’environnement) est une association loi 1901 inaugurée en novembre 1991 par M. Brice LALONDE, Ministre de l’Environnement. Il permet d’avoir accès à toutes les informations et de donner les réponses aux questions sur les risques technologiques et l’environnement industriel (eau-air-déchets-transport matières dangereuses), en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le CYPRES attache une importance particulière à l’information des jeunes grâce à une collaboration avec l’Education nationale : formation des enseignants, information des enfants dans les écoles.

 

[2] Les « lithothèques » sont nées de l’idée de mettre à la disposition des enseignants et des élèves, sur le site de SVT de chaque académie, des données régionales de terrain à différentes échelles d’observation : paysages, affleurements, roches, éléments constitutifs (minéraux, fossiles…) et lames minces. La géologie étant avant tout une science de terrain, son enseignement se fonde sur des observations effectuées lors d’une sortie. Une bonne connaissance des ressources géologiques locales et de leur accessibilité est donc indispensable.